Accueil Bien-être Toutes les solutions pour en finir avec la Sécheresse Vaginale

Toutes les solutions pour en finir avec la Sécheresse Vaginale

0
Toutes les solutions pour en finir avec la Sécheresse Vaginale

Sommaire

La Sécheresse Vaginale : C’est quoi ?

La sécheresse vaginale est un problème courant causé par divers facteurs. Les changements hormonaux , comme la ménopause ou la période post-partum, peuvent en être responsables. Certains médicaments , le stress et l’anxiété, ainsi que des réactions allergiques aux produits d’hygiène ou aux spermicides, peuvent également provoquer ce problème. Des conditions médicales telles que le syndrome de Sjögren ou certaines infections peuvent également entraîner une sécheresse vaginale. Cette condition perturbe l’hydratation de la muqueuse vaginale et modifie le pH de la sphère génitale, altérant ainsi le bien-être génital.

Quelles solutions pour Traiter la Sécheresse Vaginale ?

Plusieurs options existent pour traiter la sécheresse vaginale. Les lubrifiants à base d’eau ou de silicone peuvent réduire la friction et l’inconfort lors des rapports sexuels, bien qu’ils n’améliorent pas directement les sensations. Les hydratants vaginaux, à base d’acide hyaluronique, sont conçus pour une utilisation régulière afin de maintenir l’humidité de la muqueuse vaginale. La thérapie hormonale peut être envisagée pour restaurer l’équilibre hormonal, bien que ce traitement nécessite une attention particulière aux contre-indications.

En France, seulement 5% des femmes utilisent un traitement hormonal de la ménopause (THM), contre 12% il y a 20 ans. Cette réticence est souvent liée à la crainte d’un risque accru de cancer du sein. Le THM, utilisé historiquement pour prévenir l’ostéoporose, reste une option avec peu de contre-indications. Cependant, il est essentiel d’adopter une prise en charge globale, en particulier pour les pathologies métaboliques.

 

Précautions et Contre-indications des Traitements Hormonaux

Il existe une réticence à l’utilisation des hormones, souvent liée à la crainte que le traitement hormonal de la ménopause (THM) puisse augmenter le risque de cancer du sein. Historiquement, à la fin des années 80, l’ostéoporose provoquait de nombreuses fractures, notamment de la hanche, des vertèbres, des poignets et des côtes. Les femmes ménopausées sont particulièrement vulnérables à cette pathologie, car la formation osseuse nécessite du calcium, de la vitamine D et des œstrogènes. Le THM s’est donc imposé comme traitement préventif de l’ostéoporose. Les contre-indications au THM sont relativement peu nombreuses, mais elles mettent en évidence l’importance d’une prise en charge globale des patients.

Les pathologies métaboliques, telles que le surpoids, sont des contre-indications relatives qui doivent être abordées dans une optique de médecine intégrative. Il est crucial d’expliquer à la patiente que son bien-être passera par un changement de comportement alimentaire. Cela permet de comprendre la répartition androïde et gynoïde de la graisse, ainsi que le risque de production d’Estrone (E1) dans les adipocytes, avec les risques de cancers induits.

Des alternatives non hormonales sont disponibles pour traiter la sécheresse vaginale 

Les injections d’acide hyaluronique utilisent une substance naturelle pour hydrater et épaissir la muqueuse vaginale, ce qui améliore la lubrification et l’élasticité des tissus. Les effets de ce traitement sont durables, avec peu d’effets secondaires, ce qui en fait une option attrayante pour de nombreuses patients.

La lipostructure , quant à elle, consiste à prélever de la graisse autologue, c’est-à-dire provenant de la patiente elle-même, pour l’injecter dans les tissus vaginaux. Cette méthode améliore l’hydratation et la texture de la muqueuse vaginale. En utilisant les propres cellules graisseuses du patient, les risques de rejet sont réduits, et les résultats obtenus sont naturels et durables.

Les traitements au laser et à la radiofréquence stimulent la production de collagène et améliorent la santé des tissus vaginaux. Ces interventions non invasives et indolores améliorent la lubrification et l’élasticité des tissus. Les patients peuvent généralement reprendre leurs activités quotidiennes rapidement après ces traitements, car les suites sont légères, se limitant souvent à une légère rougeur ou irritation temporaire.

Les traitements non hormonaux offrent des alternatives efficaces et variées, adaptées aux besoins individuels des patients, améliorant leur qualité de vie sans recours aux hormones.

Le Docteur Hugues Geoffrion est chirurgien spécialisé en chirurgie générale et féminine ainsi qu’en médecine esthétique. Il est adhérent de l’Union Française de l’esthétique médicale (UFEM).

Pour en savoir plus, visitez le site du Docteur Hugues Geoffrion : www.docteurgeoffrion.com,