h1 page 4 (géobiologie)

intro/description page 4 (géobiologie)
geopro_header_logo

La Géobiologie

Qu'est ce que la Géobiologie ?

« Un bon médecin se doit non seulement d'examiner le patient mais également son environnement direct et indirect. Bon nombre de maladies, dont les plus difficiles à soigner, sont liées aux perturbations du terrain et de l'habitat. Oublier de considérer ces perturbations est une faute professionnelle. »



Sun Si Miao (581-682 av. JC)



GEO: la terre, BIO: la vie, LOGIE: l'étude



Le terme géobiologie, ainsi que le suggère son étymologie, désigne l'étude des relations entre la terre et la vie. Au sens large, la géobiologie étudie les effets des rayonnements du sol sur les milieux de vie. Mais elle étudie aussi l'effet sur les êtres vivants des matériaux utilisés dans la construction, des formes d'architecture, des éléments d'aménagement ainsi que l'influence des formes, des couleurs, des sons, du matériel technologique, des diverses pollutions : chimiques, électromagnétiques et subtiles.



A partir des données de la nouvelle biophysique et de la médecine énergétique la géobiologie analyse un grand nombre d'actions/réactions de l'homme face à son environnement actuel. Elle s'occupe donc des pollutions naturelles, artificielles et subtiles. Cet ensemble de connaissances a permis la renaissance de la construction biologique et la naissance de la médecine de l'habitat, le champ d'investigation des Experts en géobiologie dont c'est la profession...



« Lorsque le médecin arrive dans une ville inconnue, il en observe la situation et les rapports avec « le vent et avec le lever du soleil ».

Il acquerra des notions très précises sur la nature des eaux dont les habitants font usage, si elles sont lacustres ou molles ou dures et sortant de lieux rocailleux. Il étudiera les divers états du sol qui est tantôt nu, tantôt boisé et arrosé, tantôt bas et brûlé de chaleurs étouffantes, tantôt haut et froid. C'est à partir de là qu'il faut commencer pour juger quelque chose. Le médecin instruit sur ces points n'ignorera de la sorte ni les maladies locales ni la « nature des maladies générales » de sorte qu'il ne commettra pas les erreurs dans lesquelles tomberaient ceux qui n'auraient pas approfondi ces données essentielles. En partant de ces observations, on pourra donc juger du reste, sans crainte de se tromper.



Hippocrate (4ème siècle av.JC)

Traité des airs, des eaux et des lieux